Vous avez dit unité pastorale et équipe pastorale ?

A l’occasion de l’installation de l’équipe pastorale dans l’Unité pastorale Champel-Eaux-Vives, le 2 octobre, prenons le temps de comprendre ce qu’est une unité pastorale et une équipe pastorale. Pour le canton de Genève, il y a 13 unités pastorales composées des paroisses et unité pastorale pour les missions linguistiques.

L’unité pastorale

Il est désormais révolu le temps où chaque paroisse avait son curé et des vicaires. Petit à petit des curés se sont occupés de plusieurs paroisses. C’est cette réalité qui a conduit Mgr Bernard Genoud à mettre en route une réflexion diocésaine au début des années 2000 afin de "proposer la foi". il s’agissait de réfléchir comment poursuivre la mission d’annonce et d’évangélisation de l’Eglise en tenant compte des réalités et des forces pastorales disponibles dans le diocèse.

En date du 27 juin 2004, des "unités pastorales" ont été créées afin de renforcer les liens de collaboration entre les paroisses. Dans un document diocésain de 2005, l’unité pastorale est décrite comme "un ensemble de paroisses voisines réunies pour constituer un cadre approprié à l’accomplissement du service pastoral de l’ensemble" (Guide pour les unités pastorales, diocèse Lausanne, 2005). Une unité pastorale est donc composée de paroisses qui sont géographiquement proches et qui collaborent ensemble. Cependant il s’agit bien d’une collaboration entre paroisses et non pas de fusion. Cela correspond aussi au droit canonique, qui dit que "là où les circonstances l’exigent, la charge pastorale d’une paroisse ou de plusieurs paroisses ensemble peut être confiée solidairement à plusieurs prêtres, à la condition cependant que l’un d’eux soit le modérateur de l’exercice de la charge pastorale, c’est-à-dire qu’il dirigera l’activité commune et en répondra devant l’évêque". (Code de droit canonique, can 517, 1.)

L’organisation et la vie au sein d’une unité pastorale ont pour fondement la théologie de l’Eglise comme Peuple de Dieu (cf. Lumen gentium, n°9) et comme Corps du Christ (cf. Lumen gentium, n°7). Au sein de cette identité ecclésiale, "la mission est assumée par l’ensemble des fidèles, laïcs ou ordonnés, chacun selon sa vocation propre". (Guide pour les unités pastorales, diocèse Lausanne, 2005)

"Cependant, l’unité pastorale n’existe qu’à travers la vie des communautés paroissiales qui la forment. Le rôle de cette nouvelle structure est d’éviter qu’un ensemble de paroisses devienne une super paroisse ou une structure centralisée qui étoufferait les petites communautés." (Proposer la foi, diocèse Lausanne, 2007)

Relisons donc les mots de notre évêque, Mgr Charles Morerod, dans sa lettre pastorale de 2013 : "Ce qui est au cœur de la communauté chrétienne, c’est la présence dans la Parole de Dieu (l’Evangile que beaucoup ont lu en groupes ces dernières années) et l’eucharistie […] dans eucharistie, ou sans attente active de l’eucharistie, l’Eglise finit par disparaître."

L’équipe pastorale

Conjointement à la création des unités pastorales, Mgr Genoud avait poursuivi la réflexion concernant l’équipe pastorale. Dans le document "proposer la foi" de 2007, on lit que : "L’équipe pastorale est un groupe de personnes (prêtres, diacres, laïcs) nommés par l’évêque, pour assumer ou participer à la charge pastorale de l’unité pastorale. Elle travaille à l’avènement du Royaume de Dieu dans les paroisses qui lui sont confiées." Le document poursuit en disant que « L’équipe pastorale porte ensemble le souci de la charge pastorale, dans un esprit de solidarité et de corresponsabilité. Elle est conduite par un prêtre appelé "curé modérateur" ». (Proposer la foi, diocèse Lausanne, 2007)

Les équipes pastorales ne sont pas une idée farfelue de notre diocèse ; car le Code de droit canonique mentionne cette possibilité. "Si, à cause de la pénurie de prêtres, l’évêque diocésain croit qu’une participation à l’exercice de la charge pastorale d’une paroisse doit être confiée à un diacre ou à une autre personne non revêtue du caractère sacerdotale, ou encore à une communauté de personnes, il constituera un prêtre pour être muni des pouvoirs et facultés du curé, le modérateur de la charge pastorale." (Code de droit canonique, can 517, 2.)

Par : François Perroset

Abonnez-vous aux News