Les femmes qui vont au tombeau
mardi 18 avr 2017
Les femmes qui vont au tombeau

J'ai vu le Seigneur, et voilà ce qu'il m'a dit. (Jn 20, 18)


Au terme des récits évangéliques dramatiques  de la Passion et de la mort de Jésus, tout semble fini ! C’est à ce moment précisément qu’apparaissent les femmes !

Alors que les Douze ont fui, elles sont là ! Elles ont suivi Jésus de la Galilée jusqu’aux heures terribles du Golgotha. "Les hommes sont restés enfermés dans le Cénacle. Les femmes, au contraire, à l’aube du jour qui suit le sabbat, sont allées au tombeau", avait disserté le pape François, "elles ne sont pas restées prisonnières de la peur et de la douleur, mais aux premières lueurs de l’aube, elles sont sorties, portant dans les mains leurs parfums et avec le coeur oint d’amour". (Homélie pour vigile pascale, 4 avril 2015.)

L’évangéliste Jean met en évidence Marie de Magdala dans son récit, celle que Thomas d’Aquin a appelée "Apôtre des Apôtres" car il lui fut confié d'annoncer aux disciples la Résurrection du Seigneur, celle qui, par décret du pape François le 22 juin 2016, est désormais fêtée par l'Eglise entière le 22 juillet. Marie ne reconnaît pas tout de suite le Christ au tombeau et elle essaie de le toucher, ce qui lui vaut la réplique "Ne me retiens pas !" (Jn 20, 17). Elle annoncera aux Apôtres que le Christ ressuscité ne renonce en rien à sa nature d’homme, mais Lui offre et nous offre un Amour infini. Comme le souligne Mgr Arthur Roche, de la Congrégation du culte divin, dans l’Osservatore Romano, la nouvelle fête met en avant "l’exemple de vraie et authentique évangélisatrice" que représente Marie de Magdala. La décision s’inscrit dans le contexte ecclésial actuel, qui demande de réfléchir plus profondément sur la dignité de la femme, sur la nouvelle évangélisation et sur la grandeur du mystère de la miséricorde divine. Saint Jean-Paul II avait déjà mis en évidence la fonction particulière de Marie de Magdala comme premier témoin de la Résurrection, et première messagère qui a annoncé aux apôtres la résurrection du Seigneur (cf. Mulieris dignitatem, no 16).

Cette importance continue aujourd’hui dans l’Eglise – comme le manifeste l’engagement actuel pour une nouvelle évangélisation – qui veut accueillir, sans aucune distinction, hommes et femmes de toute race, peuple, langue et nation (cf. Ap 5, 9), pour leur annoncer la bonne nouvelle de l’Evangile du Christ […] Marie Madeleine est un exemple d’évangélisatrice vraie et authentique, c’est-à-dire, une évangéliste qui annonce le joyeux message central de Pâques.


Par Karin Ducret
L'Essentiel, Magazine paroissial de l'UP La Seymaz et l'UP Champel/Eaux-Vives, Avril 2017.
Publication : Saint-Augustin